Le Forum économique Maroc-Corée a fait salle comble vendredi à Casablanca. Cela traduit la volonté des deux pays d’aller plus franchement dans leurs relations. Un mémorandum d’entente a ainsi été signé entre la CGEM et la Chambre de commerce et d’industrie coréenne. Outre l’automobile, les technologies de l’information, les énergies renouvelables et la santé, les Coréens tablent sur la coopération tripartite Maroc-Afrique-Corée.

Marocains et Sud-coréens veulent passer à la vitesse supérieure. Et ils l’ont montré vendredi dernier à Casablanca lors du Forum économique Maroc-Corée, qui a fait salle comble entre responsables gouvernementaux, diplomates, parlementaires et hommes d’affaires. Cette volonté s’est traduite par la signature d’un mémorandum d’entente entre la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM) et la Chambre de commerce et d’industrie coréenne (KCCI). «Cette visite est un signal qu’au-delà des relations diplomatiques exemplaires qui lient les deux pays, il existe une volonté claire d’aller sur une dimension économique et un partenariat stratégique. L’objectif est de réunir les deux pays autour de priorités communes pour une croissance partagée», a déclaré Salaheddine Mezouar, président de la CGEM. Parmi les domaines de coopération évoqués par le patron des patrons, la formation professionnelle et l’employabilité. «Votre pays est un bon exemple pour nous», a-t-il lancé à l’assistance.
En fait, la collaboration bilatérale devrait avancer sur plusieurs pans. «Nous voulons explorer de nouvelles pistes dans l’automobile, les technologies de l’information et la santé. Et les pouvoirs publics pourraient faciliter ces actions», a révélé pour sa part Park Yong-maan, président de la Chambre de commerce et d’industrie coréenne (KCCI).
Cette visite constitue un nouvel élan dans les relations maroco-coréennes qui gagneraient à être boostées. «La Corée est le 20e partenaire du Royaume, avec des échanges commerciaux de 660 millions de dollars en 2017», a souligné Moulay Hafid Elalamy, ministre de l’Industrie, de l’investissement, du commerce et de l’économie numérique. Elle est également le 16e investisseur au pays, avec l’arrivée régulière de nouveaux opérateurs. «Malgré cette croissance, sur les 43,7 milliards de dollars d’investissements coréens dans le monde en 2017, le Maroc représente moins de 1%. Nous avons de la marge pour mieux faire et donner d’autres dimensions aux relations entre les deux pays», détaille le ministre.
Une ambition que partage Lee Nak-yeon, Premier ministre coréen. «Le Maroc est très populaire en Corée. C’est le premier mot clé recherché sur Google. Nous allons apporter un soutien sans faille à la création d’un partenariat bénéfique aux deux pays. Nos échanges doivent progresser», estime-t-il.
Et la Corée semble avoir déjà dessiné les contours de sa coopération avec le Royaume. Lee Nak-yeon évoque 5 axes : «les industries manufacturières, comme l’automobile, les énergies renouvelables, les ressources hydrauliques, le partenariat tripartite Maroc-Corée-Afrique, puisque le Maroc est le premier investisseur sur le continent, et l’institutionnalisation de la coopération bilatérale», a révélé le Premier ministre.

Sources: https://lematin.ma/journal/2018/maroc-coree-sud-passent-vitesse-superieure/307272.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *